Le Haka

Aujourd'hui, pour la plupart des Néo-Zélandais non maoris, leur connaissance du Haka se limite peut-être au Haka le plus souvent interprété, appelé « Ka mate, Ka mate », composé par le chef Ngati Toa Te Rauparaha vers 1820. De nombreuses équipes et sportifs néo-zélandais se rendant à l'étranger ont tendance à intégrer le haka « Ka mate » dans leur programme. L'équipe sportive qui a donné le plus de visibilité au haka à l'étranger a été les All Blacks, qui l'interprètent avant leurs matchs. C'est devenu un signe distinctif des All Blacks.

 

 

Origines du Haka

Selon la mythologie maorie, Tama-nui-to-ra, le Dieu Soleil, avait deux épouses, Hine-raumati, dame de l'été, et Hine takurua, dame de l'hiver. L'enfant né de son union avec Hine-raumati était Tane-rore, à qui l'on attribue l'origine de la danse. Le tane-rore est le tremblement de l'air tel qu'on le perçoit pendant les chaudes journées d'été, et représenté par le tremblement des mains dans la danse.

 

Haka est un nom générique pour toutes les danses māori. Aujourd'hui, le haka est défini comme la partie du répertoire de la danse maorie où les hommes sont au premier plan, les femmes apportant leur soutien vocal à l'arrière. La plupart des haka que l'on peut voir aujourd'hui sont des haka taparahi, des haka sans armes.

 

Plus que tout autre aspect de la culture maorie, cette danse complexe est l'expression de la passion, de la vitalité et de l'identité de ce peuple. Le Haka n'est pas un simple passe-temps pour les Maoris, mais c'est aussi une coutume de grande importance sociale pour l'accueil et le divertissement des visiteurs. La réputation des tribus évoluait selon leur capacité à exécuter le haka (Hamana Mhuika).

 

Le Haka reflétait les préoccupations et les problèmes du moment, marquant contestation et défi, circonstances et événements factuels à tout moment.

 

Historique du Haka

La place centrale du haka dans la tradition du rugby des All Blacks n'est pas un phénomène récent. Depuis une tournée effectuée en 1888 par les « New Zealand Natives » sous la houlette de Joseph Warbrick, le haka est étroitement associé au rugby néo-zélandais. Son caractère mystique a évolué en même temps que la détermination farouche, l'implication et les compétences de haut niveau qui distinguent le sport national de la Nouvelle-Zélande.

 

Le haka ajoute un élément unique, tiré de la culture autochtone des Maoris de Nouvelle-Zélande, et qui s'aligne également sur les cultures polynésiennes plus vastes du Pacifique.

 

Les All Blacks exécutent le haka avec la précision et l'intensité qui sous-tendent l'approche générale des All Blacks.

 

Ka Mate

Le célèbre haka, Ka Mate Ka Mate, a été composé par le chef Ngati Toa Te Rauparaha vers 1820. L'histoire de sa composition est bien connue dans la tradition orale des Ngati Toa et Ngati Tuwharetoa, les deux iwi (tribus) les plus associées à ses origines.

 

Le haka ajoute un élément unique, tiré de la culture autochtone des Maoris de Nouvelle-Zélande, et qui s'aligne également sur les cultures polynésiennes plus larges du Pacifique.

 

Au cours d'une période marquée par des conflits, Te Rauparaha était poursuivi par les guerriers d'un iwi rival et fut dissimulé par Te Wharerangi de Tuwharetoa dans une fosse à kumara (patate douce indigène), l'épouse de Te Wharerangi, Te Rangikoaea, étant chargée de s'asseoir au-dessus. Guidés par leur Tohunga (savant/prêtre), les guerriers cherchèrent Te Rauparaha et, alors qu'ils s'approchaient, il murmura « Ka Mate Ka Mate » (Je meurs, je meurs). Dissimulé grâce aux pouvoirs spirituels des aliments et de la femme assise au-dessus de lui, Te Rauparaha ne fut pas découvert par les Tohunga, et alors que ceux-ci marchaient au-dessus de lui, il murmurait « Ka ora Ka ora » (Je vis, je vis). Lorsque les guerriers sont finalement repartis, Te Rauparaha a pu sortir de la fosse du kumara en chantant « Tenei te tangata puhuruhuru nana nei i tiki mai whaka whiti te ra ».

 

Il existe de nombreuses interprétations à cette phrase et « tangata puhuruhuru » pourrait être une référence à l'homme poilu (Te Wharerangi), mais la tradition orale des Ngati Toa veut que Te Rauparaha prononce ces paroles pour rendre hommage au pouvoir spirituel de Te Rangikoaea alors qu'il remontait (Upane, Kaupane) de l'obscurité de la fosse vers la lumière du soleil (Whiti te ra ! Hi!)

 

Le Ka Mate a été exécuté par l'équipe autochtone de Nouvelle-Zélande lors de sa longue et difficile tournée de 1888/89, et par les « premiers » All Blacks en 1905.

 

Jusqu'en 1986 le Haka était traditionnellement exécuté avant les matchs à l'extérieur des All Blacks. Puis Wayne « Buck » Shelford et Hika Reid des All Blacks ont joué un rôle déterminant dans l'introduction du Ka Mate lors des matchs en Nouvelle-Zélande à partir de 1987, et ont fait en sorte qu'il soit exécuté avec une précision et une intensité qui avaient parfois fait défaut les années précédentes.

 

Kapa O Pango – Le Haka spécifique aux All Blacks

En août 2005, avant le test match des Tri-Nations contre l'Afrique du Sud à Carisbrook, les All Blacks ont interprété pour la première fois « Kapa O Pango », un nouveau haka pour et sur les All Blacks.

 

Kapa O Pango a été écrit pour l'équipe par Derek Lardelli, un expert en tikanga Maori (culture et coutumes maories) de l'iwi Ngati Porou, après une année de recherches. Ses paroles et ses actions célèbrent la terre de la Nouvelle-Zélande, la fougère argentée et ses guerriers en noir. Le nom pourrait être traduit simplement par « équipe en noir ».

 

Capitaine des All Blacks lors du lancement de Kapa O Pango, Tana Umaga explique pourquoi ce haka a été ajouté au répertoire.

 

 

Plutôt que de remplacer le haka traditionnel, Ka Mate, Kapa O Pango trouve sa place à ses côtés comme un nouvel ajout à la tradition des All Blacks. Kapa O Pango est exécuté de temps à autre à la discrétion de l'équipe.

 

KAPA O PANGO

Taringa whakarongo!

Kia rite! Kia rite! Kia mau!

Hi!

 

Kia whakawhenua au i ahau!

Hi, aue! Hi!

 

Ko Aotearoa, e ngunguru nei!

Hi, au! Au! Aue, ha! Hi!

 

Ko kapa o pango, e ngunguru nei!

Hi, au! Au! Aue, ha! Hi!

 

I ahaha!

 

Ka tu te ihi-ihi

 

Ka tu te wanawana

 

Ki runga i te rangi, e tu iho nei, tu iho nei, hi!

Ponga ra!

 

Kapa o pango! Aue, hi!

Ponga ra!

 

Kapa o pango! Aue, hi!

Ha!

 

Let me go back to my first gasp of breath

Let my life force return to the earth

It is New Zealand that thunders now

And it is my time!

It is my moment!

The passion ignites!

This defines us as the All Blacks

And it is my time!

It is my moment!

The anticipation explodes!

Feel the power

Our dominance rises

Our supremacy emerges

To be placed on high

Silver fern!

All Blacks!

Silver fern!

All Blacks!

aue hi! 

 

Kapa O Pango expliqué